Social Minute #25

7 avril 2017

L’actu des réseaux sociaux : Pepsi et Kendall complètement HS, Netflix continue de nous étonner dans ses promos et du nouveau sur LinkedIn. Chaud.

L’opé de la Social Minute

Le harcèlement scolaire peut parfois conduire au drame.

La nouvelle série Netflix « 13 Reasons Why » raconte le parcours de Clay Jensen, qui doit, grâce aux cassettes audio, comprendre les 13 raisons qui ont conduit au suicide sa camarade de classe et sa crush, Hannah.

Pour promouvoir la série, Netflix, accompagné de l’agence Darewin, a eu une idée de génie : créer un site dédié reproduisant intégralement le contenu du smartphone de Hannah. Allez y faire un tour ICI !

Site internet dédié à la présentation de 13 Reasons Why

Avec une curiosité presque malsaine, qui accompagne souvent la fouille des données personnelles d’autrui, on se prend très vite au jeu.

On peut lire les messages que Hannah a reçu depuis son arrivée au nouveau lycée, parcourir son compte Instagram, consulter son historique des recherches, accéder à ses contacts (on a même essayé d’appeler sa maman mais le numéro semble peu opérationnel) et enfin, écouter un message vocal sur le dictaphone. Le message provient de la part de Hannah, qui nous conseille d’explorer son téléphone pour retrouver la trace des coupables de sa mort et surtout, découvrir les 13 cassettes audio en même temps que la vérité sur son suicide sur Netflix, à partir de 31 mars. Et bizarrement, ce message n’a rien d’étrange, même le call to action passe inaperçu.

message de dictaphone pour 13 Reasons Why

Lors de la navigation, on reçoit un petit message pop-up de Hannah nous encourageant à partager les contenus de son téléphone sur Facebook ou sur Twitter.

Le fenêtre pop-up de 13 Reasons Why sur les réseaux sociaux

Cette opération est non seulement très originale et bien réalisée, mais également très pertinente. Elle plonge les internautes dans la vie sociale de Hannah, pousse à la curiosité et donne envie de regarder la série, sans dévoiler l’intrigue et sans spoiler.

De plus, l’utilisation de l’environnement du personnage via ses comptes, fait écho à la problématique grandissante du harcèlement scolaire, devenue omniprésente avec l’avènement des réseaux sociaux.

En tout cas, Netflix et Darewin nous donnent vraiment envie de regarder « 13 Reasons Why » !

La fail social media

Pepsi a lancé cette semaine une nouvelle campagne avec la star Kendall Jenner. Rapidement, la vidéo produite a déclenché une vague de réactions négatives. Que dis-je, un tsunami ouais.

Premièrement, la publicité a été mal prise pour son positionnement maladroit en faveur des revendications actuellement présentes aux USA, comme peut l’être celle du collectif Black Lives Matter. En effet, le scénario de la vidéo donne la sensation que le simple fait de boire une cannette de Pepsi peut résoudre des affrontements entre manifestants et policiers. Beaucoup de gens ont eu l’impression (à juste titre) que la marque dédramatisait leurs actions et les évènements particulièrement révoltants vécus dans le pays de l’Oncle Sam ces derniers mois.

Dans un second temps, des milliers de personnes se sont positionnées contre le choix de la star présente dans la vidéo. Pour eux, Kendall Jenner n’était pas (et de loin) la bonne personne pour ce spot. Loin de représenter le peuple, elle est plutôt l’image d’une élite déconnectée de la réalité et du quotidien des américains protestataires, ne sachant même pas pourquoi les gens manifestent…

Le spot est d’une utopie délirante, à mille lieux de la réalité des évènements qu’il devait mettre en scène. Il va sans dire que ce n’est pas la hauteur de cette marque internationale de créer une campagne avec de telles erreurs de discours accumulées pendant le film. L’annonceur est ici déconnecté de la population et nous livre une prestation d’une période publicitaire que l’on pensait révolue. Celui où les marques n’avaient pas besoin de s’engager significativement dans le quotidien des gens. Celui où les marques ne « devaient » rien au public. L’objectif initial qui était donc de donner l’image d’une marque engagée en faveur du peuple n’est, non seulement pas atteint, mais donne lieu à la place à un énorme bad buzz amplement mérité.

Au moment où l’on écrit ces quelques phrases, la vidéo vient d’être supprimée par PEPSI et elle est en course pour être élue pire publicité de tous les temps. Les réseaux sociaux accentuent ce phénomène chaque heure un peu plus.

La créa sur les réseaux sociaux

Si vous avez déjà programmé des publicités Facebook, vous vous êtes déjà dit ça au moins une fois :

Township-facebook

Coup d’éclat désespéré du créateur du jeu pour sauver son jeu d’une faillite annoncée ? Que nenni. Township Mobile compte 3M de fans sur sa page Facebook, ce n’est clairement pas un jeu sorti de nulle part.

Le coup de force du CM n’en est que plus brillant. Cette pub nous fait rire, mais elle est, depuis le début, construite pour fonctionner et générer des téléchargements. Ce qui, au vu de l’engagement et de la nature des commentaires, est un pari réussi.

 

L’inno technique sur les réseaux sociaux

Nous parlons très peu de LinkedIn dans notre Social Minute. C’est une erreur que nous essayons de réparer un petit peu en vous présentant une innovation lancée par le réseau social cette semaine. Prenez votre plus bel accent anglais et prononcez avec nous. Merci d’accueillir les Trending StoryLines !

Alors de quoi s’agit-il ? Vous allez voir apparaître une nouvelle rubrique baptisée Trends où vous sera proposé des articles « tendances » selon l’actualité et les réactions des membres de votre réseau. Ils proviennent de différentes sources (blog, presse, etc,…). Ces articles seront dirigés vers vous selon vos centres d’intérêts en suivant un algorithme de « machine learning ».

Vous n’avez pas encore accès à tout ceci? Normal vous n’êtes pas américain et LinkedIn a déployé cette fonction seulement de l’autre côté de l’Atlantique pour le moment. Soyez patients, comme toujours, cela arrive chez nous dans un futur proche.